31/03/2011

Lætare de Froidchapelle.

Vendredi à l’avant-veille du Laetare les soumonces costumées au départ de la taverne du Bosquet, donneront un avant-goût de la fête. Pour une population totale de 1500 habitants, c’est près de la moitié du « village » qui va défiler ce dimanche. Si les plus mordus se retrouvent dans le cortège, cela ne veut pas dire que les autres froidchapellois ne participent pas au laetare. Ils ont leur manière à eux, d’encourager l’organisation par le biais de la « basse-loi ».

froidchapelle, basse, loi, laetare 

Cette coutume permet aux organisateurs de visiter toutes les maisons du village pendant les trois semaines qui précèdent les festivités afin de récolter des fonds qui contribueront à couvrir une partie des frais engagés par les groupes locaux. Jean-Luc Durbecq (et son tambour) et Michel Lenoir consacrent chaque année de nombreuses heures à cette « basse-loi », comme la douzaine d’équipes qui sillonnent le village. Qu’à cela ne tienne, ces nombreuses heures de « dévouement » ont le mérite d’enrichir le palmarès des anecdotes rencontrées qui plus tard, alimenteront les conversations. Jean-Luc et Michel confient à ce propos « Avant tout, il faut signaler que dans notre tournée, tout le monde donne de l’argent. Des personnes n’ont pas l’argent lorsque nous passons, ils nous demandent de repasser plus tard et … tiennent parole. En ce qui concerne les anecdotes,  on écoute « Au début, les froidchapellois qui ne donnaient pas d’argent étaient « punis ». On jetait de la paille au milieu de la maison, ou l’on secouait sur la propriété une hotte qui contenait des cendres. Il n’y avait plus qu’à nettoyer après ». Michel et Jean-Luc ont 120 habitations à visiter aux alentours de la place de Froidchapelle, ce n’est pas toujours facile « Il y a une vingtaine d’années, il nous arrivait de ne faire qu’une seule maison par soirée. Comme la plupart du temps nous prenons rendez-vous pour ne pas importuner les gens on nous disait : puisque que vous venez, manger avec nous !  Et c’était parti pour un repas et une dégustation de vin ». Nous sommes maintenant plus … raisonnables, mais il nous arrive en encore de parfois nous attarder. Comme le confie l’hôte de ce soir Ronald Decuir, ces rencontres permettent de tisser des liens entre tous les villageois. Cela permet de faire connaissance avec les nouveaux arrivants dans le village et de leur présenter notre folklore. Pour moi qui suis impliqué dans un groupe, la venue des hommes de la « basse-loi », c’est signe de l’approche de la fête, mais aussi le retour des beaux jours après les longs mois d’hiver et d’isolement. Pour le détail des soumonces costumées du 1er avril et du Laetare du 03 avril, cliquez ici

Les commentaires sont fermés.